Madelinetosh Merino Light

by Tisserin Coquet

J’aime profondément les laines non-retordues. Je crois même qu’au moins 30% de mon stash en est. Voire même 40%. C’est donc sans surprise que j’ai en ma possession quelques écheveaux de MadelineTosh Merino Light étant donnée que c’est un des marques et qualités de laine non-retordue très connue !

 

A propos de la marque

Selon ce qui est marqué sur leur site, MadelineTosh Co. est la plus grosse marque de laine teinte à la main des Etats-Unis. Je veux bien les croire quand on pense au nombre de revendeurs à travers le monde. Tout a commencé lorsque Amy Hendrix a teint et vendu de la laine dans une boutique Etsy nommée d’après son arrière-grand-mère, Lillian Madeline Atkins, qui a plus tard changé son nom pour Madeline Tosh, qui s’est ensuite développée pour devenir la grosse entreprise que l’on connaît actuellement.

A ce jour (janvier 2018), Madelinetosh est vendu dans plus de 800 revendeurs indépendants de l’Australie au Japon, en passant par l’Europe, le Canada et les Etats-Unis. Madelinetosh teint à la main plus de 50 tonnes de laine et fibres naturelles par an pour créer une palette de couleurs à destinations des enthousiastes du DIY. Le but de Madelinetosh est de fournir une palette de couleurs en laine pour permettre aux tricoteurs, crocheteurs, et manuels de créer et fabriquer pour eux tout comme pour les autres tout en faisant grandir notre communauté autour de notre amour partagé de la couleur.
madelinetosh.com

Plutôt impressionnant ! Tous les écheveaux de Madelinetosh sont teints en très petits bains de 2 écheveaux, bien souvent en utilisant des techniques permettant de rajouter plusieurs couches de couleurs les unes sur les autres ce qui leur donne profondeur et nuance.

La MadelineTosh Merino Light est une vraie laine fingering non-retordue. Pour mémoire, voici la liste de ses caractéristiques:

  • 100% laine de mérino, fil célibataire (non-retordue)
  • 384 mètres (420 yards)
  • 26 – 30 mailles = 10 cm (4″) | 2.25 – 2.75 mm (US 1 – 2)
  • Conseils d’entretien : lavage en machine cycle laine à froid ou linge délicat, sécher à plat, alterner les écheveaux tous les deux ou quatre rangs.
  • Note: teint à la main au Texas sur de la laine provenant d’Afrique

 

Le test

J’ai tricoté un échantillon de 8.5×13.5 cm sur des aiguilles 3 mm en bambou, la première moitié étant en jersey et la seconde en mousse. J’utilise ici le coloris Candlewick qui est un jaune presque moutarde assez riche t saturé. Je n’ai pas eu de chance dernièrement lors de mes lavages de laines jaunes qui ont toutes beaucoup rendu de la couleur, cela sera un bon test pour voir si elle dégorge comme j’ai encore bien les autres en tête. 😟

Je l’ai donc trempé pendant environ 20 minutes dans de l’eau un peu tiède à laquelle j’avais ajouté quelques gouttes de Soak.

Une fois sec, je l’ai bien maltraité en le tirant de différentes façons pour tester sa définition de point et son élasticité (=si l’échantillon revient bien à ses dimensions initiales sans être trop déformé). Même s’il est difficile de tester réellement ainsi comment un pull va garder ses dimensions car le poids des deux tricots est différent, cela donne quand même une petite idée.

Puis j’ai utilisé une brosse à carder pour simuler l’usure et tester sa durabilité. On peut voir sur la photo que la laine a assez bien résisté même si elle a maintenant un petit halo tout autour de la partie droite.

 

Mon opinion

j’utilise cette laine depuis de nombreuses années maintenant et elle ne m’a jamais déçue. J’ai par exemple tricoté trois châles différents avec. Le Wild de Hiroko Payne dans la couleur Silver Fox, qui est mon tout premier tricot avec la MTML. C’est un châle estonien triangulaire qui demande d’être bloqué assez drastiquement pour que la dentelle s’ouvre bien.

Le Tre o Molti de Anthony Casalena qui demande trois couleurs différentes de laine fingering. Il joue avec les couleurs en utilisant le point mousse et les rangs raccourcis ce qui mélange pas mal les couleurs les unes avec les autres. J’ai choisi de tricoter le mien en MTML avec trois tons de bleus : Baltic, Button Jar Blue, et Robin’s Egg.

Et finalement, un de mes tricots préférés d’entre tous, mon Celestarium de Audry Nicklin où la laine est combinée avec des perles.

Tous les trois ont passé le test des années parfaitement, et je les lave systématiquement à la machine ! Pas de boulochage excessif (presque pas de boulochage du tout d’ailleurs), pas de transfert de couleur les unes sur les autres ou sur les autres tricots, pas de décoloration non plus.

 

Le mot de la fin

L’un dans l’autre, c’est une laine très jolie, disponible dans de nombreuses couleurs et utilisable pour de nombreux projets. L’avez-vous déjà testée ? Qu’en pensez-vous ?

 

 

Liens utiles

 

* Cet article contient des liens affiliés. Cela veut dire que je peux recevoir une petite commission si vous achetez des produits après avoir cliqué sur ces liens mais cela ne vous coûte absolument rien. La promesse que je vous fait ici est de ne pas poster de lien vers des produits que je n'aurai pas personnellement aimé. 

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More