Magic-loop ou Doubles-pointes : découvrez la technique qui vous correspond

by Tisserin Coquet

Je vous présentais ici les différentes méthodes qu’il existe pour tricoter des petites circonférences en rond. Pour celles et ceux qui auraient encore un peu de mal à se décider, je vous propose un article comparatif entre le magic-loop et les aiguilles doubles-pointes.

Magic-loop ou Doubles-pointes : Découvrez quelle méthode est faite pour vous.

Personellement je suis une magic-loopeuse plus que convaincue et j’entends bien vous convaincre des atouts de cette technique.

Dans le camp des doubles pointes, on retrouve Fanny qui a un tiroir entier de chaussettes et de manches tricotées ainsi. C’est elle qui vous exposera toute la beauté de cette technique classique de tricot circulaire.

Magic-loop ou Doubles-pointes : Découvrez quelle méthode est faite pour vous.

La collection de doubles-pointes de Fanny.

Les aiguilles

Magic-loop

Le magic-loop utilise des aiguilles circulaires qui existent en métal, bois, bambou ou même carbone en fonction de vos préférences. Vous pouvez utiliser des aiguilles interchangeables ou non, quelque soit la longueur des pointes d’aiguilles elle-mêmes. Le point crucial est en réalité dans la longueur du câble. Pour utiliser le magic-loop, il faut que le câble soit assez long pour former deux “oreilles” de chaque côté du tricot. Le minimum que je recommande est d’avoir une aiguille circulaire de 60 cm de long. L’idéal pour commencer selon moi est une aiguille de 80 cm de long. Cela permet d’avoir assez de câble pour tricoter n’importe quel projet.

Le gros avantage est que vous n’avez besoin que d’une seule aiguille pour tricoter, peu importe votre diamètre. Comme il est possible de tricoter en magic-loop avec n’importe quelle aiguille circulaire, cela réduit significativement les dépenses en aiguilles vu que vous pouvez utiliser vos aiguilles circulaires interchangeables pour tricoter par exemple le corps d’un pul ainsi que ses manches. Avec les mêmes aiguilles. Il suffit simplement d’avoir plusieurs câbles (ce qui revient bien moins cher que de racheter un jeu d’aiguilles).

Doubles-pointes

Les aiguilles double-pointes se trouvent dans tous types de matériaux : métal,  bois, bambou, carbone, il y en a pour tous les goûts. On trouve aussi plusieurs longueurs selon le diamètre à tricoter, mais c’est plus une question de confort que de nécessité.

Pour tricoter les manches d’un pull, c’est un peu redondant de devoir acheter des aiguilles doubles-pointes alors qu’on a déjà une aiguille circulaire de la même taille (utilisée pour le corps du pull), mais quand on préfère les utiliser, ça vaut complètement le coup d’investir. Et elles pourront toujours servir pour des mitaines 😉

Magic-loop ou Doubles-pointes : Découvrez quelle méthode est faite pour vous.

Toutes les mailles sont bien sagement sur le câble et ne risquent rien.

La transportabilité

Magic-loop

Le gros avantage du magic-loop est qu’il “sécurise” pas mal votre tricot. Je m’explique : lorsque l’on s’arrête, on peut tirer les aiguilles ce qui place les mailles sur les câbles. Elles ont du mal à revenir toutes seules sur les aiguilles et sont donc plutôt bien en sécurité là où elles sont. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai rangé mon tricot totalement en vrac dans mon sac, que ce soit parce que je ne voulais pas louper ma station ou parce que mon tour était arrivé chez le kiné par exemple.

Le deuxième avantage non négligeable (et qui va avec le premier selon moi) c’est la casse. Comme je le disais juste qu dessus, j’ai tendance à fourrer mon tricot comme une malpropre dans mon sac. Avec les doubles-pointes, il m’est du coup arrivé quelques fois de les casser, juste parce que j’avais trop forcé pour attraper le truc que je voulais qui était évidemment tout au fond du sac. Grâce à leur câble les aiguilles circulaires sont plus souples et se plient plus à tous mes caprices. Et cela marche aussi quand des fesses non-attentives viennent se poser sur le tricot qui est délicatement posé sur le canapé 😉

Doubles-pointes

Bon, je dois bien avouer : les double-pointes, c’est pas idéal à transporter. C’est loin d’être impossible (je le fais très souvent), mais il faut être motivé : si les mailles sont trop proches du bout des aiguilles quand on range dans le sac, elles peuvent en tomber. Et si on veut absolument finir son rang ou au moins son aiguille avant son arrêt, il faut bien se synchroniser au risque de paniquer lorsque le train entre en gare. Évidemment, il faut aussi faire attention à ne pas faire tomber d’aiguille par terre ou avoir des yeux de lynx pour les retrouver ensuite. Mais le pire, c’est quand on prend son tricot dans le sac et qu’on enlève l’aiguille qu’on a temporairement planté dans le projet pour ne pas la perdre… mais qu’on a mal visé et qu’on a enlevé une aiguille pleine de mailles ! 😢

Je ne vous vends pas du rêve,  mais en vrai, ce ne sont pas de gros problèmes.  Avec un peu d’habitude, on sait à quel moment arrêter avant l’arrêt de train et comment ranger le projet sans risquer de perdre des mailles. Quant au fait d’attraper la mauvaise aiguille, on apprend très vite à vérifier avant de tirer dessus !

Les motifs

Magic-loop

Le magic-loop est très pratique lorsque le motif que l’on tricote est bien disposé sur la moitié des mailles comme par exemple pour mes chaussettes Happy Dance ou A River Life. C’est une autre affaire lorsqu’il faut déplacer les mailles pour réaliser le motif. Ce n’est pas très compliqué en soi mais c’est un coup à prendre et cela peut devenir un peu lassant à la longue si il faut toujours déplacer la première maille du rang sur toute la hauteur d’une manche ou d’une chaussette.

Doubles-pointes

Pour les motifs, les double-pointes sont idéales pour les motifs avec des mailles qui changent d’aiguilles : mailles croisées qui se baladent ou diminutions qui débordent ne posent aucun souci. Note de Chloé: Par exemple, pour la chaussette Champagne, le tricot avec des doubles-pointes est plus facile qu’avec le magic-loop car il y a des diminutions en début de rang et sur la maille de milieu de rang.

Magic-loop ou Doubles-pointes : Découvrez quelle méthode est faite pour vous.

Cela ne vaut pas que pour les chaussettes. Ici par exemple, un hexagone de la couverture Beekeeper Quilt.

Les montages

Magic-loop

On ne vas pas se voiler la face, les premières fois que l’on monte les mailles avec le magic-loop cela peut être un peu intimidant. Tout ce câble pour si peu de mailles. C’est d’ailleurs pour cela que je vous donne rendez-vous au prochain article pour un tutoriel vidéo sur le magic-loop. Une fois que l’on maîtrise la technique, elle permet à peut près toutes les fantaisies au niveau du montage des mailles: montage élastique, montage classique, montage en picots, montage des chaussettes par la pointe, etc.

Il m’est arrivé de vriller quelques fois les mailles mais c’était plus dû à une inattention de ma part qu’à une vraie difficulté de la méthode. C’est plus facile de me pas vriller ses mailles quand on les regarde avant de commencer à tricoter … Oups 🙄😂

Doubles-pointes

Avec les double-pointes, je trouve beaucoup plus facile de faire des montages avec un certain nombre de mailles, comme pour des chaussettes des côtes à la pointe. Les montages en huit ou autres du même genre, utilisés pour les chaussettes qui partent de la pointe, sont beaucoup plus ardus, pas tant pour le montage en lui-même que pour les rangs suivants.

Par contre, je n’ai jamais “réussi” à vriller mes mailles avec les double-pointes et ça, ça n’a pas de prix.

Magic-loop ou Doubles-pointes : Découvrez quelle méthode est faite pour vous.

Mon astuce lors de l’enfilage : avoir les aiguilles au niveau du début du rang. On peut alors tirer un peu sur le fil de l’autre côté et ça donne une bonne idée de la tension finale du tricot.

L’essayage

Magic-loop

Qui dit câble dit flexibilité et essayage facile. C’est une des avantages indéniables de cette méthode. Pour des chaussettes, des mitaines, des manches, des collants, tout et n’importe quoi, à partir du moment où votre câble est assez long vous pourrez tout essayer à tout moment. 😊

Doubles-pointes

Alors soyons clairs, l’essayage avec des double-pointes, c’est pas toujours évident… Pour les mitaines, pas de soucis. Les manches, c’est déjà un chouia plus compliqué mais rien de dramatique. Par contre, les chaussettes… tricoté de haut en bas, c’est difficile à enfiler tant qu’on n’a pas passé le talon, mais ça ne pose plus de problème ensuite. Tricoté de bas en haut, c’est tout le contraire : facile à essayer jusqu’au début du cou de pied et beaucoup plus ardu ensuite. Je ne compte plus le nombre d’aiguilles en bois que j’ai cassé en tentant d’enfiler une jambe de chaussette 😕

Il reste une grosse différence que nous n’avons pas  abordé ici : le tricot de deux manches ou deux chaussettes en même temps. Très simple avec les doubles-pointes et un peu plus technique pour le magic-loop, rendez-vous la semaine prochaines pour des tutoriels spécifiques à chacune des méthodes.

Et vous, quelle est votre technique préférée ? Avez-vous déjà testé les deux ? Est-ce que vous aussi vous emmenez votre tricot partout ?

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More